Frédéric HÉBRAUD
 Frédéric HÉBRAUD

Régulation hormonale de la glycémie chez le chat.

Lorsqu'on donne à un chat une alimentation riche en protéines et pauvre en glucides, la glycémie n'augmente pas après le repas, elle aurait même tendance à légèrement baisser.

 

Si on rajoute du glucose à la ration (20%), la glycémie augmente à près de 3 fois la valeur de base et elle est très lente à baisser: 6 h00 après le repas elle est presque au double de la valeur basale. Ceci montre que les mécanismes hypoglycémiants ne sont pas très performants chez le chat.

 

On peut l'expliquer par la valeur de l'insulinémie, chez le chat normal, consécutive à une injection intraveineuse de glucose: la figure "9" (courbe pointillés violets) montre l'évolution de la sécrétion de l'insuline; l'insulinémie ne dépasse pas 25 µU/ml alors que chez l'homme après un repas (glucose par voie orale), cette valeur atteint 120 µU/ml en seulement une heure (d'après Lutz, 3).

 

 

Pour le glucagon on trouve un résultat inverse: pour un chat normal, après 12 heures de jeûne, la valeur de la glucagonémie est de 500 pg/ml alors qu'elle n'est que de 130 pg/ml chez l'homme. Pour le chat diabétique, la glucagonémie après un jeûne de 12 heures atteint 1250 pg/ml soit 250% de plus qu'un chat normal, mettant en évidence que le diabète sucré chez le chat est au moins autant un problème de régulation de la sécrétion du glucagon qu'une insuffisance de sécrétion de l'insuline.

Ces 4 derniers tableaux indiquent que:

 

  • Le système hormonal du chat n'est pas adapté à gérer une quantité importante de glucides dans son alimentation: il produit comparativement  à l'Homme, environ 5 fois moins d'insuline, l'hormone hypoglycémiante (pic à 25 µUI/ml contre 120µUI/ml). Grâce à l'insuline, l'homme peut gérer l' "abondance" de glucides dans son alimentation. 3 heures après un repas, un homme a une glycémie pratiquement normale alors que 6 heures après un repas complété en sucre, un chat a encore une glycémie double de la normale.

 

  • Par contre le chat sécrète  comparativement environ 4 fois plus de glucagon que l'Homme (pic à 500pg/ml contre 130 pg/ml). L'hormone hyperglycémiante permet de gérer la "pénurie" en sucres de l'alimentation du chat.

Lors de diabète sucré, les mécanismes de régulation de la glucagonémie seront insuffisants ou inopérants et entraineront une sécrétion excessive de glucagon conduisant à une hyperglycémie.

 

Guérir

son chat diabétique

avec  

la télémédecine

 


Livre numérique (Kindle):

Le diabète: un crime organisé

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Guérir son chat du diabète